Un trésor bien caché : des bénévoles divertissent, forment et défendent les droits des adultes ayant des besoins spéciaux

Les travailleurs de l’Atelier JEM et les bénévoles TOV : une heureuse alliance

Organisation soutenue par la Fédération CJA, l’Atelier JEM fournit un travail intéressant à des adultes ayant des besoins particuliers pour les aider à mener une existence productive. Grâce à un encadrement adéquat, les travailleurs trient, emballent et assemblent une grande variété de produits, et ce, dans un environnement adapté et contrôlé, supervisé par le directeur Danny Kay. Toutefois, en ce lundi après-midi, avec l’aide des bénévoles TOV dela Fédération CJA, l’Atelier JEM a été converti en studio de danse hip-hop.

+ de 80

Employés à l’Atelier JEM

Alors que les échos de la cloche de l’heure du repas résonnent dans l’atelier, des douzaines d’adultes aux besoins spéciaux se dirigent vers une salle de loisirs située à l’étage. Là, une paire de haut-parleurs pour iPod vibre au son de la basse. C’est ici qu’on rencontre Christine, un professeur de danse du quartier qui se prépare à donner un cours accéléré en hip-hop et en swag au groupe.

L’exubérance emplit la pièce pendant que le groupe est initié aux pas et aux mouvements chorégraphiés sur les rythmes de succès de l’heure tels que Gangnam Style et Call Me Maybe. Libérés des contraintes de la gêne et de la timidité qui nous figeraient possiblement sur place, les participants font preuve d’une certaine candeur ainsi que d’une farouche détermination à prendre d’assaut le plancher de danse, à se dégourdir et à s’amuser.

Parmi eux se trouve un groupe dévoué de bénévoles du programme TOV dela Fédération CJA.Tous les lundis depuis deux ans, dix femmes dirigées par Rhonda Friedman mettent en commun leurs réseaux et leurs ressources. Elles invitent ainsi des instructeurs à partager leurs connaissances et leurs habiletés avec les employés de l’Atelier.

Cet engagement des bénévoles TOV a engendré de véritables amitiés et le partage de connaissances. Les bénévoles avouent d’ailleurs qu’elles retirent autant de joie et de satisfaction à faire partie du programme que les bénéficiaires. « Pour moi, c’est la forme de thérapie la moins chère qui soit », nous mentionnait Mme Friedman, qui a mis le programme sur pied il y a deux ans. Son équipe a rapidement acquiescé. « Peu importe mes soucis, je viens ici et je ne peux m’empêcher de repartir avec le sourire. Le courage et la joie dont font preuve ces individus sont extraordinaires et remettent les choses en perspective », a ajouté Naomi, membre du groupe depuis l’année dernière.

En plus d’enseigner de nouvelles habiletés, le programme et l’Atelier offrent de rares occasions à tous les participants de fournir un travail productif et de profiter d’expériences enrichissantes. Pour les travailleurs, dont plusieurs souhaitent améliorer leurs aptitudes sociales, cette visite hebdomadaire est une source de chaleur humaine qui entraîne une interaction souvent nécessaire. Des valeurs dont nous avons tous besoin, peu importe les problèmes intellectuels, physiques ou émotionnels avec lesquels nous devons composer.

Même une fois leur cours de danse terminé, les travailleurs conservent une immense énergie. Ils retournent à leurs postes de travail le sourire aux lèvres. Ils profitent de la joie qui s’en suit et attendent avec impatience les activités que leur réserveront la prochaine fois les « dames TOV », comme ils les appellent affectueusement.

Pour être bénévole, veuillez remplir ce formulaire ou contactez Lindsay Rothenberg par courriel ou au 514-735-3541 #3202.

Nous vous invitons à nous faire part de vos commentaires sur le contenu de cet article ou sur tout autre sujet.

Faites un commentaire

Les commentaires des lecteurs reflètent l’opinion de leurs auteurs et non celle de la Fédération CJA.

Les commentaires comportant des allégations erronées ou non fondées ne seront pas publiés, pas plus que ne le seront les commentaires dont les propos seront diffamatoires, inexacts, grossiers, déplaisants, irrespectueux, injurieux, vulgaires, haineux, malveillants, obscènes, blasphématoires, à tendance sexuelle ou menaçants.

Les commentaires basés sur des ouï-dire ou sur des rapports dont les présumés faits ou mentions ne seront pas de notoriété publique pourraient également ne pas être publiés.

La Fédération CJA se réserve le droit de s’abstenir de publier les commentaires qui seraient considérés comme du pourriel ou qui n’auraient aucun lien avec les articles apparaissant sur le site Web. Les commentaires, qui comportent des attaques personnelles aux auteurs de commentaires affichés sur ce site Web ou qui nuisent à la vie privée d’une autre personne, pourraient ne pas être publiés.

Les fautes de grammaire et d’orthographe ne seront pas corrigées.